Soutenance de thèse d’Olivier Thuaudet : Les accessoires métalliques du vêtement et de la parure de corps en Provence du XIe au XVIe siècle. Étude archéologique et approche croisée d’une production méconnue

Le 14 décembre 2015 à 14 h se tiendra à la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme d’Aix-en-Provence (salle 1) la soutenance de thèse d’Olivier Thuaudet intitulée Les accessoires métalliques du vêtement et de la parure de corps en Provence du XIe au XVIe siècle, étude archéologique et approche croisée d’une production méconnue, en présence d’un jury composé de M. Andréas Hartmann-Virnich, co-directeur, de Mme Marie-Christine Bailly-Maitre, co-directrice, de M. Luc Bourgeois et de Mme Perrine Mane, rapporteurs, de Mme Nelly Pousthomis-Dalle.

L’analyse des objets métalliques est pour la période choisie loin d’être aussi systématique que l’est celle de la céramique, faute de typologies et d’études suffisantes les plaçant dans un contexte chronologique et culturel. En Provence, les travaux de G. Démians d’Archimbaud sur le castrum Saint-Jean de Rougiers en ont posé les bases. La présente recherche se situe dans cette lignée. Elle porte sur les très nombreux accessoires métalliques du costume et de la parure de corps retrouvés dans les fouilles archéologiques. Ce sont des éléments de fixation prenant la forme d’épingles, d’agrafes, de boutons, des constituants de la ceinture – boucle, chape, mordant, appliques –, mais aussi des ornements que l’on ajoute à celle-ci ou à même les étoffes, tels les grelots, ou bien encore des parures de corps – bracelets, bagues et colliers –, des objets de dévotion personnelle comme les enseignes de pèlerinage. L’étude archéologique et typo-chronologique de ces objets a permis dans de nombreux cas l’obtention de datations typologiques. Elle a également rendu possible la caractérisation d’évolutions dans l’ornementation des accessoires métalliques, dans la manière de fixer les pièces vestimentaires ou d’orner le corps. Les accessoires métalliques du costume présentent des variations morphologiques, de décoration, de fonctionnalité, de matériau ou de techniques de fabrication caractéristiques d’évolutions dans les usages, de phénomènes de mode, de la construction du paraître, d’une hiérarchie de l’apparence. Il est donc nécessaire d’aller au-delà de la seule analyse archéologique et de faire appel aux sources textuelles et à l’iconographie pour approfondir ces aspects et ouvrir sur la valeur économique ou symbolique de ces objets. La production de ces objets métalliques requiert des compétences techniques plus ou moins profondes que des analyses de composition par la méthode PIXE, sur une sélection d’artefacts, mettent en perspective. Les résultats de la thèse aboutissent à une meilleure compréhension de cet aspect de la culture matérielle qu’est le costume, grâce à une étude archéologique complétée par la prise en compte des données offertes par d’autres sources.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *