Archives de catégorie : Actualité scientifique

Journée d’études : Outils, ustensiles et accessoires, Les objets de la vie quotidienne en cuivre, bronze et laiton du Moyen Âge à l’époque moderne (XIIIe – XVIIe siècle)

Le 9 décembre est organisé à la Sorbonne, à Paris, une journée d’études intitulée Outils, ustensiles et accessoires, Les objets de la vie quotidienne en cuivre, bronze et laiton du Moyen Âge à l’époque moderne (XIIIe – XVIIe siècle). Le programme comporte sept communications.

J’y présente les résultats d’une étude intitulée Déterminer la diffusion et l’usage des accessoires métalliques du costume du second Moyen Âge : L’exemple de boucles des XIIIe et XIVe siècles du sud de la France dont voici le résumé : Les accessoires métalliques du costume du second Moyen Âge sont des objets relativement courants en contexte archéologique. Lorsque les découvertes sont suffisamment nombreuses, il devient possible d’envisager la diffusion d’un type particulier. Nous présenterons le cas de plusieurs modèles de boucles typiques du sud de la France, voire du nord de l’Espagne. Ces artefacts comportent souvent des éléments décoratifs similaires et très particuliers qui révèlent l’existence d’un fond commun et interrogent sur le nombre et la localisation des ateliers de fabrication. L’un de ces types de boucle connaît une diffusion plus étendue que les autres puisqu’il se retrouve notamment le long des côtes anglaises. La prise en compte de résultats d’analyses de composition renseignant sur la nature des alliages utilisés, couplés avec une réflexion sur les principales voies commerciales, notamment concernant l’approvisionnement en métaux et en alliages,  ainsi qu’une analyse des décors, permettent de proposer des hypothèses expliquant cette diffusion. Des parallèles avec l’iconographie conduisent enfin à évoquer la fonction de ces boucles et le sexe par lequel elles sont portées.

Table-ronde du Groupe de travail « corpus » : Etude du mobilier métallique et de l’instrumentum

Les 9 et 10 février prochains est organisé la sixième table-ronde du Groupe de travail « corpus » intitulée Étude du mobilier métallique et de l’instrumentum. Elle portera plus particulièrement sur les questions de méthodologie et de restitution des données sur des sites archéologiques « riches » en mobilier. Le programme est disponible en cliquant sur le lien suivant : Programme CORPUS 2016.

Colloque « Precious metals in the medieval mediterranean »

Un colloque intitulé « Precious metals in the medieval mediterranean : mining, processing and circulation » est organisé les 6, 7 et 8 octobre 2016 à la MMSH par les Universités d’Aix-Marseille et de Sienne. Les propositions de communications sont à déposer avant le 29 février 2016.

De plus amples informations sont disponibles sur le site suivant : http://metaux2016.sciencesconf.org/

Precious metals

Soutenance de thèse d’Olivier Thuaudet : Les accessoires métalliques du vêtement et de la parure de corps en Provence du XIe au XVIe siècle. Étude archéologique et approche croisée d’une production méconnue

Le 14 décembre 2015 à 14 h se tiendra à la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme d’Aix-en-Provence (salle 1) la soutenance de thèse d’Olivier Thuaudet intitulée Les accessoires métalliques du vêtement et de la parure de corps en Provence du XIe au XVIe siècle, étude archéologique et approche croisée d’une production méconnue, en présence d’un jury composé de M. Andréas Hartmann-Virnich, co-directeur, de Mme Marie-Christine Bailly-Maitre, co-directrice, de M. Luc Bourgeois et de Mme Perrine Mane, rapporteurs, de Mme Nelly Pousthomis-Dalle.

L’analyse des objets métalliques est pour la période choisie loin d’être aussi systématique que l’est celle de la céramique, faute de typologies et d’études suffisantes les plaçant dans un contexte chronologique et culturel. En Provence, les travaux de G. Démians d’Archimbaud sur le castrum Saint-Jean de Rougiers en ont posé les bases. La présente recherche se situe dans cette lignée. Elle porte sur les très nombreux accessoires métalliques du costume et de la parure de corps retrouvés dans les fouilles archéologiques. Ce sont des éléments de fixation prenant la forme d’épingles, d’agrafes, de boutons, des constituants de la ceinture – boucle, chape, mordant, appliques –, mais aussi des ornements que l’on ajoute à celle-ci ou à même les étoffes, tels les grelots, ou bien encore des parures de corps – bracelets, bagues et colliers –, des objets de dévotion personnelle comme les enseignes de pèlerinage. L’étude archéologique et typo-chronologique de ces objets a permis dans de nombreux cas l’obtention de datations typologiques. Elle a également rendu possible la caractérisation d’évolutions dans l’ornementation des accessoires métalliques, dans la manière de fixer les pièces vestimentaires ou d’orner le corps. Les accessoires métalliques du costume présentent des variations morphologiques, de décoration, de fonctionnalité, de matériau ou de techniques de fabrication caractéristiques d’évolutions dans les usages, de phénomènes de mode, de la construction du paraître, d’une hiérarchie de l’apparence. Il est donc nécessaire d’aller au-delà de la seule analyse archéologique et de faire appel aux sources textuelles et à l’iconographie pour approfondir ces aspects et ouvrir sur la valeur économique ou symbolique de ces objets. La production de ces objets métalliques requiert des compétences techniques plus ou moins profondes que des analyses de composition par la méthode PIXE, sur une sélection d’artefacts, mettent en perspective. Les résultats de la thèse aboutissent à une meilleure compréhension de cet aspect de la culture matérielle qu’est le costume, grâce à une étude archéologique complétée par la prise en compte des données offertes par d’autres sources.

Publications récentes sur les agrafes à double crochet

Deux publications récentes parues dans le bulletin Instrumentum offrent un regard nouveau sur les agrafes à double crochet ou à crochets multiples. Le terme d’agrafe à double crochet est employé pour désigner un accessoire vestimentaire et parfois de parure, longiligne, dont les extrémités se recourbent en un crochet, en face-à-face. Cet objet, en fer, en argent, mais le plus souvent en alliage cuivreux, sert à rapprocher deux pans d’une pièce vestimentaire. Les premières agrafes à double crochet apparaissent dans la seconde moitié du VIIe siècle. Il est ordinairement considéré qu’elles cessent d’être employées au cours du XIe siècle. Pourtant, des découvertes archéologiques semblent montrer que certains types ont été produits et utilisés durant les XIIe et XIIIe siècles. Ces objets combleraient le hiatus chronologique constaté jusqu’à présent entre les agrafes à crochets « anciennes » et des modèles à deux ou quatre crochets, plus « récents », encore méconnus, attestés entre le XIVe et le XVIe siècle.

Références bibliographiques :

BERTHON Amélie, Des agrafes à double crochet à la fin du Moyen Âge et au début de l’époque moderne, Instrumentum, n° 39, p. 42-46.
THUAUDET Olivier, Les agrafes à double crochet : relecture du hiatus chronologique des XIIe et XIIIe siècles à partir d’exemplaires méridionaux, Instrumentum, n° 40, p. 40-42.