Archives de catégorie : Publications

Publications récentes sur les agrafes à double crochet

Deux publications récentes parues dans le bulletin Instrumentum offrent un regard nouveau sur les agrafes à double crochet ou à crochets multiples. Le terme d’agrafe à double crochet est employé pour désigner un accessoire vestimentaire et parfois de parure, longiligne, dont les extrémités se recourbent en un crochet, en face-à-face. Cet objet, en fer, en argent, mais le plus souvent en alliage cuivreux, sert à rapprocher deux pans d’une pièce vestimentaire. Les premières agrafes à double crochet apparaissent dans la seconde moitié du VIIe siècle. Il est ordinairement considéré qu’elles cessent d’être employées au cours du XIe siècle. Pourtant, des découvertes archéologiques semblent montrer que certains types ont été produits et utilisés durant les XIIe et XIIIe siècles. Ces objets combleraient le hiatus chronologique constaté jusqu’à présent entre les agrafes à crochets « anciennes » et des modèles à deux ou quatre crochets, plus « récents », encore méconnus, attestés entre le XIVe et le XVIe siècle.

Références bibliographiques :

BERTHON Amélie, Des agrafes à double crochet à la fin du Moyen Âge et au début de l’époque moderne, Instrumentum, n° 39, p. 42-46.
THUAUDET Olivier, Les agrafes à double crochet : relecture du hiatus chronologique des XIIe et XIIIe siècles à partir d’exemplaires méridionaux, Instrumentum, n° 40, p. 40-42.

L’or des dinandiers. Fondeurs et batteurs mosans au Moyen Age

Les fouilles archéologiques menées à Dinant durant ces vingt dernières années ainsi que des recherches expérimentales récentes ont mené à la redécouverte d’une partie du passé mosan, en Belgique, et notamment du travail du laiton par fonte ou par martelage. Le catalogue de l’exposition « L’or des dinandiers » qui se tient à la Maison du patrimoine médiéval mosan à Bouvignes (Belgique) du 29 mars au 16 novembre 2014 en présente des résultats.

Thomas N., Leroy I., Plumier J. (dir.), L’or des dinandiers. Fondeurs et batteurs mosans au Moyen Age, Bouvignes, Maison du patrimoine médiéval mosan, 132 p., (Cahiers de la MPMM, n° 7)

Sommaire :

I – Préface (Richard Fournaux)
II – L’or des dinandiers (Claire-Marie Vandermensbrugghe)
III – Cuivre, laiton, dinanderie mosane : ateliers et productions métallurgiques à Dinant et Bouvignes au Moyen Âge (XIIIe – XVIe siècles) (Jean Plumier, Nicolas Thomas, Marie Verbeek)
1 – Dinant et Bouvignes, pôles majeurs de la batterie mosane (XIIIe – XVIe siècles) (Jean-Marie Yante)
2 – La dinanderie, « fille » de la Meuse ? (Marc Suttor)
3 – Des ateliers de dinandiers à Bouvignes (Jean Plumier)
4 – Les sources archéologiques du travail du laiton : les ateliers de Dinant (Marie Verbeek)
5 – Les techniques de production des batteurs et fondeurs mosans au Moyen Âge (XIIe – XVIe siècles) (Nicolas Thomas, David Bourgarit)
6 – Du côté du marché : uniformité et diversité des productions en alliage à base de cuivre au Moyen Âge (Nicolas Thomas, Françoise Urban)
7 – Jean Josès de Dinant, maître fondeur de laiton au XIVe siècle (Pascal Saint-Amand)
8 – Un cadran solaire portatif en laiton dans le puits du château de Logne (Lise Saussus, Benoît Wéry)
9 – Catalogue des objets et oeuvres exposés

Pour commander le catalogue : http://www.mpmm.be/documentation/publications/les-cahiers-de-la-mpmm
Pour plus d’informations sur l’exposition et le catalogue : http://www.publinamur.be/agenda-cinema/details-dun-evenement/event/lor-des-dinandiers/?cHash=993adc2a55cbd98911f4542d493887cc

En cette même année 2014, du 15 au 17 mai, s’est tenu le colloque « Medieval copper, bronze and brass, Dinant-Namur ». Cette réunion scientifique a été l’occasion de faire le point sur un certain nombre de questions concernant le travail des alliages à base de cuivre en Europe de l’Ouest. Quelques communications concernaient le travail de ces matériaux dans la région mosane. Les actes de ce colloque enrichiront très certainement la vision des chercheurs spécialistes des métaux.

Programme :
http://www.laitonmosan.org/images/Programme_International_symposium_Dinant_Mai_2014_web.pdf

 

Un quartier de frange urbaine à Bourges (Ier s. ap. J.-C.-XXe s.)

Bourges

Le supplément n° 48 de la Revue archéologique du Centre de la France est parue il y a quelques semaines. Ce numéro, en deux volumes, fait le point sur l’évolution d’un quartier de la ville de Bourges depuis l’Antiquité romaine jusque durant l’Epoque moderne. Les résultats de cette opération qui s’est étendue sur 12600 m² sont scindés en deux parties. Le premier tome concerne la stratification et les structures, le second contient le catalogue du mobilier classé en différents domaines : 1 – la sphère religieuse, 2 – l’architecture et l’ameublement, 3 – la table et la cuisine, 4 – le vêtement et ses accessoires, 5 – la toilette et les objets de parure, 6 – les loisirs, 7 – le harnachement, l’attelage et l’entretien des animaux, 8 – l’armement, 9 – le commerce et les échanges, 10 – la transformation de la matière première, l’outillage et l’artisanat, 11 – divers et indéterminés.
Un sommaire exhaustif et un bon de commande sont disponibles sur le site internet du RACF : http://racf.revues.org/1858

Nouvelles de l’Archéologie (n° 131, 2013), « Le mobilier métallique et l’instrumentum : approches méthodologiques »

Un dossier spécial des Nouvelles de l’Archéologie (n° 131, 2013) intitulé « Le mobilier métallique et l’instrumentum : approches méthodologiques », sous la direction de Berangère Fort et Nicolas Tisserand vient de paraître. A travers différentes contributions, les auteurs se proposent dans une première partie de théoriser l’étude du mobilier métallique et de l’instrumentum. Dans la seconde moitié du dossier, différentes études illustrent l’intérêt qu’il y a à prendre en compte ces objets encore peu couramment analysés dans le cadre d’une réflexion scientifique.

Nouvelles de l'archéologie 131 2013

Pour télécharger le sommaire :Nouvelles de l’archéologie 131 2013 Sommaire

Nice, la colline du Château : Histoire millénaire d’une place forte

Cette ouvrage présente les premiers résultats d’un Projet Collectif de Recherche sur la Colline du Château à Nice, site dont les traces d’occupation les plus anciennes sont de l’âge du Fer et les plus récentes relatives aux fortifications modernes. On y trouvera notamment une étude des objets modernes en os, bois de cerf, ivoire et coquille par Isabelle Rodet-Bélarbi (p. 261-266) et de ceux métalliques par Olivier Thuaudet (p. 267-277).

NCCcouvgde